[Théâtre]“Histoires d’un idiot de guerre” d’Ascanio Celestini

Image Hosted by ImageShack.us
A mille lieues de Fabbrica, Ascanio Celestini nous offre une pièce entre rire et larmes, entre la vie et la mort, entre la boue et le vin. Il nous offre deux heures sous le soleil italien, à écouter mille histoires des années étranges de la guerre, racontées dans la plus grande naïveté [apparente?]. Petites et grandes misères du quotidien, petites et grandes aventures ; tous les prétextes sont bons à faire rire, à faire pleurer. Les deux, parfois.
L’interprétation fort italianisante de Pietro Pizzuti et Angelo Bison ajoutent à l’illusion qui nous donnerait presque envie de crier à la fin « Vive les Américains ! Vive les Russes ! Vive les Anglais ! Vive les Français ! », non sans regretter cependant ces années-là…

Extraits

J’ai vu tant de morts pendant cette guerre, mais quand il s’agit que je fasse le mort, j’ai l’impression d’être un mort complètement raté !

Alors, je suis monté dans ma chambre, et j’ai mis mon costume de mort. Je pouvais le porter, maintenant que j’étais ressuscité.

Lui, il a apporté la brouette, moi je lui ai volé les patates qui étaient dedans. Tu vois, on se rend service ; on forme une société !

Il parlait tellement en dialecte que même ses cochons ne le comprenaient pas.

Jusqu’au 28 mars, au théâtre du Rideau de Bruxelles (bâtiment BOZAR)
www.rideaudebruxelles.be
Sur réservation, au 02 / 507 83 61

3 réflexions sur “ [Théâtre]“Histoires d’un idiot de guerre” d’Ascanio Celestini ”

  • 14 mars 2007 à 13:33
    Permalink

    Il a l’air chouette ton pestacle Bee Starouille!
    Plutôt rigolo on dirait, en lisant les zextraits.
    Merchi pour l’article!

  • 14 mars 2007 à 13:48
    Permalink

    Oui, c’est exactement le genre d’humour (absurde) que j’adore!
    En fait, Ascanio Celestini écrit des pièces très drôles, mais tout le monde connaît Fabbrica, alors que, selon moi, c’est vraiment pas la pièce du siècle d’une part, et d’autre part, elle ne révèle pas la virtuosité donc Celestini est capable.
    Bref : à voir !

  • 15 mars 2007 à 12:56
    Permalink

    A voir absolument!!

    On est emporté dans ce tourbillon d’histoires fantaisistes autour de « la société du cochon », où se cotoient humour et sensibilité.
    Dans un rythme effréné, le texte rebondit et vous rattrape.
    Et vous fait sourire tout du long…
    C’est sans compter le talent des deux grands comédiens : Pietro Pizzuti et Angelo Bison, d’une fraîche complicité.

    Un beau moment théâtral, poétique et fantaisiste…

    « Vue d’en haut, la ville devait ressembler à un seau plein de cailloux. La seule chose intacte était le soleil. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *