[Culture] Préambule à la Nuit, toutes nos nuits…

Le théâtre Les Tanneurs organise des rencontres pour le moins originales. Les inscriptions peuvent se faire par ce biais ou directement via le théâtre (voir page Culture). La participation au préambule (10, 13, 16, 19 octobre) est gratuite. La place pour la pièce (23/10 au 03/11) s’élève à 7,5€ pour les étudiants (réservez rapidement si vous comptez venir en groupe car il n’y a que 50 places par soir).

Dans le cadre de la création de La nuit, toutes nos nuits… qui se déroulera du 23/10 au 3/11, le metteur en scène Pascal Crochet vous invite à venir expérimenter des ébauches et fragments du spectacle qui explore la thématique de la nuit dans un dispositif scénique qui place spectateurs et acteurs dans une relative proximité.

Ces moments conviviaux se placeront sous le signe de l’échange entre l’équipe artistique et les spectateurs conviés.

Quatre préambules auront lieu au Théâtre Les Tanneurs. Vous avez le choix entre les 10, 13, 16 ou 19 octobre 2007 à 20h30.

Loin du rapport scène-salle traditionnel, les comédiens et le public partagent le même espace, la même nuit. Tous attendent ensemble la tombée du jour, tous entrent ensemble dans l’obscurité… Pendant le voyage, la rencontre entre acteur et spectateur est réelle, marquée par la proximité et la matérialité des corps. L’infime, l’éphémère, le précaire s’offrent ainsi aux sens d’une petite cinquantaine de personnes.

La nuit, comme le noir avant la représentation théâtrale, est un lieu qui éveille l’imaginaire du spectateur. Explorer la poétique de l’obscurité suscite le fantasme, invite au rêve, faisant apparaître le « à peine visible »… L’émotion du théâtre n’est-elle pas simplement celle, immense et magique, de l’apparition et de la disparition des acteurs ?

Les comédiens partagent leurs rêves, leurs cauchemars et leurs insomnies… La nuit abrite toutes les déraisons, toutes les fragilités. Le corps se fait autre dans l’obscurité, la réalité vacille comme la flamme de la dernière bougie.

Chaque soir, chaque spectateur occupe une place particulière au sein de ce dispositif : il fait ses propres rencontres et tisse son propre récit nocturne. Tous ensemble et chacun à sa manière. Au fond de la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *