C’était un Homme…

Ayant assisté au spectacle lundi, c’est avec un recul de quelques jours que je livrerai mes impressions de la pièce Si c’est un homme, de Primo Levi (actuellement jouée au Théâtre de Poche jusqu’au 24 novembre). Une salle comble, un public attentif et ému, une scène vierge de tout artifice. Un écran blanc, une silhouette en transparence. Un récit poignant, on le sait, sur le point de débuter… Les yeux rivés sur cet unique comédien (Frederik Haùgness), incarnant Primo Levi lui-même, nous entrons dans l’univers de souffrances qui fut le sien, et celui de bien trop. Privilégié d’en être ressorti vivant, certes, mais, dès lors, condamné à traîner une vie tatouée de blessures indélébiles, ce docteur en chimie envoyé à Auschwitz a connu la douleur de la séparation, de la déportation, de l’humiliation, du constat de ce dont l’homme est capable. Le quotidien des travailleurs (« Arbeit Macht Frei » résonne encore dans nos têtes), avec Primo en première ligne, est rendu de manière poignante, émouvante, révoltante.

Arbeit Macht Frei

Le texte autobiographique dont nous a fait part Primo Levi au sortir de la guerre revit, de manière aussi réussie que nécessaire, grâce à la verve de Frederik Haùgness. L’occupation scénique est parfaite, la technologie judicieusement mise à contribution et l’exécution exemplaire. Plus qu’une prestation orale, c’est un message qu’il a réussi à transmettre. N’oublions jamais…

Une réflexion sur “ C’était un Homme… ”

  • 13 décembre 2007 à 14:29
    Permalink

    J’ai été voir Si c’est un homme au théâtre de poche! Mais l’année passée. Mais en tout cas, j’ai trouvé ça très bien fait, même si la fin a été un peu trop adaptée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *