Miniatures flamandes à la KBR et la BNF

Présentation

Pour la première fois, la Bibliothèque royale de Belgique et la Bibliothèque nationale de France réunissent leurs collections et s’associent pour célébrer ensemble les grandes heures de la miniature flamande en organisant une exposition de portée internationale. Un événement culturel majeur. Cette exposition « à quatre mains » débutera à Bruxelles (de septembre à décembre 2011), se poursuivra à Paris (de mars à juin 2012) et présentera dans chaque lieu des manuscrits différents. Ce projet commun profitera des recherches entreprises depuis plusieurs années dans les deux institutions pour la publication de catalogues raisonnés. Au total, plus de 140 manuscrits enluminés parmi les plus prestigieux – certains n’ont plus été montrés depuis plus de50 ans, d’autres restent inédits – seront présentés au public dans une mise en scène originale, qui mettra en valeur ces pièces exceptionnelles tout en respectant le contexte qui les a vues naître. Au fil des pages, le visiteur plongera ainsi au cœur d’un imaginaire médiéval peuplé de héros et de légendes, où Alexandre le Grand, Charlemagne, Lancelot et la fée Mélusine côtoient Renard le goupil, des dragons ailés et des licornes bienveillantes. Véritable échange entre institutions nationales, cette manifestation sera une occasion exceptionnelle et unique de voir exposées les collections de manuscrits belges et français. Les précieuses enluminures de la Bibliothèque nationale de France seront en partie présentées à Bruxelles et vice-versa. Le visiteur pourra ainsi découvrir des manuscrits qu’il n’aura plus l’occasion d’admirer par la suite…

Informations pratiques

L’exposition se déroulera du 30.09.2011  au 30.12.2011 à la biliothèque même (pour rappel: Boulevard de l’Empereur 2, 1000 Bruxelles)
Heures d’ouverture : Ouvert du lundi au samedi de 9h à 17 h et le mercredu de 9 à 20heures. Fermé les dimanches et jours fériés et le 26.12.2011
Prix: visiteurs individuels € 7 / étudiant, enseignant seniores 60+ et groupes de plus de 10 personnes € 5

Le Monde appartient aux femmes !

Du 17 au 21 février, sur le site de Tour et Taxis, se tiendra votre événement littéraire annuel favori : la Foire du Livre de Bruxelles ! Depuis plus de 40 ans, elle attire toujours plus d’amoureux du papier relié, d’encres séchées, de romans, bandes dessinées, livres académiques, artisanat, etc.

La 41ème édition fait la part belle à ces dames en s’intitulant « Le Monde appartient aux femmes !« . Rien de moins…

Douce ironie, affirmation hasardeuse, constat masculin, voire machiste ? Tout cela à la fois sans doute ! Lorsque Philippe Sollers commençait son célèbre roman, Femmes, à l’aube des années 80, en proférant « le monde appartient aux femmes », il ne manquait pas d’enchaîner en disant « là-dessus, tout le monde ment ».

Et bientôt, sur romanes.be, des tas de places à gagner ! Restez attentifs…

[Théâtre] Racine – Britannicus

L’Atelier 210 devient l’un de nos partenaires ! À cette occasion, Romanes.be vous offre des places pour aller voir Britannicus, de Jean Racine, le 13 ou le 16 octobre. 10x2 places par date. Les premiers à demander (web(at)romanes.be) seront les premiers servis ! Fin du concours, lundi 11 octobre à midi ! N’attendez pas !

Pour les moins chanceux, sachez que la pièce se joue du 12 au 30 octobre.

Mise en scène : Georges Lini  Assistante : Miriam Youssef Avec : Didier Colfs, Itsik Elbaz, Benoit Van Dorslaer, Luc Van Grunderbeek, Anne-Pascale Clairembourg, Valerie Lemaître, Marie Simonet Scénographie & costumes : Renata Gorka Création lumières : Alain Collet Dramaturgie : Florence Klein Création musicale : Daphné D’Heur

Bénévole au Coudenberg

Comme l’année passée, le Coudenberg recherche des bénévoles.

Le Coudenberg – Ancien Palais de Bruxelles a inauguré récemment son nouvel aménagement muséographique.

Afin de dynamiser notre jeune institution et d’aller à la rencontre de nos visiteurs, nous sommes à la recherche de jeunes bénévoles (étudiants en histoire, histoire de l’art, archéologie, philo & lettres, gestion culturelle…).

Si vous êtes intéressé(e), contactez Fanny(point)Paquet(at)ulb(point)ac(point)be

[Théâtre] Si c’est un homme

Si c'est un homme - Théâtre de PocheLe Théâtre de Poche (voir section Culture) reprend Si c’est un homme, de Primo Levy, du 06 au 24 novembre 2007 à 20h30 (relâche les dimanches et lundis). Pour les 7, 9 et 10 novembre 2007 à 20h30, une place réservée (10€ pour les moins de 26 ans) avec le mot de passe Romanes donne droit à une place gratuite !

Réservation indispensable au 02/649.17.27 ou par mail (reservation(AT)poche.be).

En avril 1987, il y a presque vingt ans, on retrouvait le corps de Primo Levi au bas de la cage d’escalier de son appartement à Turin. Suicide ou accident ? On ne le saura jamais.

Quelques mois plus tôt, il écrivait : « Si nous mourons en silence comme nos ennemis le souhaitent, le monde ne saura pas ce que l’homme a pu faire et ce qu’il peut encore faire : le monde ne se connaîtra pas lui-même ».

Si c’est un Homme est un livre incontournable, l’un des témoignages les plus poignants et bouleversants sur le génocide juif, la déportation et l’horreur des camps de concentration et d’extermination. Au-delà du témoignage, Primo Levi suscite la réflexion sur la nature humaine (« une étude dépassionnée de la nature humaine » comme il l’écrit lui-même dans la préface de Si c’est un Homme), sur ce que l’homme a pu faire à un autre homme, sur la survie, sur la communauté et sur l’avenir du genre humain. Un livre capital.

Salués par la presse, la prestation de Frédérik Haùgness ainsi que la mise en scène contribuent avec force et retenue à élever la voix de Primo Levi contre l’oubli.

Le public, toutes générations confondues, sort de la présentation pénétré jusqu’au fond de l’âme par l’humanité complexe de ce témoignage.

[Culture] Verre Cassé

Verre Cassé - Théâtre de PocheLe Théâtre de Poche (voir section Culture) fait une offre exclusive aux élèves de Romanes et leurs conjoint(e)s et ami(e)s:
Une place gratuite pour une payante (la place – de 26 ans est à 10€) pour les représentations de ce samedi 6 et du jeudi 11 octobre à 20h30.
Réservations indispensables au 02/649.17.27.

Sorte de Bukowski congolais, «Verre Cassé» boit comme une éponge tout en nous livrant une compilation truculente et fantastique des prouesses et autres voies de fait des clients de son bar préféré. Des récits de vie drolatiques sous forme de brèves de comptoirs où le grotesque côtoie le sublime. Autant d’anecdotes sordides et émouvantes qui font écho au parcours de Verre Cassé lui-même. Avec sa verve satirique aux élans métaphysiques, Alain Mabanckou dresse un portrait inattendu d’une mégapole africaine prise en étau entre politiciens en quête de phrases historiques immortalisantes et pasteurs-gourous pas très catholiques. Il s’agit bien ici d’un des récits les plus savoureux et ironique sur l’Afrique contemporaine. Au comptoir du Crédit a Voyagé, vous trinquerez avec L’Imprimeur, Robinette, Le Type aux Pampers, Zéro Faute,…

Alain Mabanckou est né au Congo-Brazzaville en 1966. Il a déjà publié six recueils de poésie et quatre romans, parmi lesquels Bleu-Blanc-Rouge, Les Petits-Fils nègres de Vercingétorix et African Psycho. Il a obtenu le Grand Prix littéraire d’Afrique noire en 1999. Il enseigne aujourd’hui les littératures francophones et afro-américaines à l’université du Michigan.

Quatorzième édition du Bon Usage

Le Bon UsageAndré Goosse était l’invité de Thierry Bellefroid, au J.T. de ce midi (13h), sur La Une. Il y présentait la quatorzième édition du Bon Usage, parue chez de boeck – duculot. Nouvelle mouture qui, selon ses dires, se justifie surtout par un réagencement de la mise en page pour permettre une consultation aisée de la version numérisée qui sera disponible fin d’année. Son prix est de 79€. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le communiqué de presse ou l’extrait du journal de 13h (ne fonctionne, chez moi, malheureusement, qu’avec Internet Explorer).

A voir donc, et à critiquer en temps utile…

[Culture] Préambule à la Nuit, toutes nos nuits…

Le théâtre Les Tanneurs organise des rencontres pour le moins originales. Les inscriptions peuvent se faire par ce biais ou directement via le théâtre (voir page Culture). La participation au préambule (10, 13, 16, 19 octobre) est gratuite. La place pour la pièce (23/10 au 03/11) s’élève à 7,5€ pour les étudiants (réservez rapidement si vous comptez venir en groupe car il n’y a que 50 places par soir).

Dans le cadre de la création de La nuit, toutes nos nuits… qui se déroulera du 23/10 au 3/11, le metteur en scène Pascal Crochet vous invite à venir expérimenter des ébauches et fragments du spectacle qui explore la thématique de la nuit dans un dispositif scénique qui place spectateurs et acteurs dans une relative proximité.

Ces moments conviviaux se placeront sous le signe de l’échange entre l’équipe artistique et les spectateurs conviés.

Quatre préambules auront lieu au Théâtre Les Tanneurs. Vous avez le choix entre les 10, 13, 16 ou 19 octobre 2007 à 20h30.

Loin du rapport scène-salle traditionnel, les comédiens et le public partagent le même espace, la même nuit. Tous attendent ensemble la tombée du jour, tous entrent ensemble dans l’obscurité… Pendant le voyage, la rencontre entre acteur et spectateur est réelle, marquée par la proximité et la matérialité des corps. L’infime, l’éphémère, le précaire s’offrent ainsi aux sens d’une petite cinquantaine de personnes.

La nuit, comme le noir avant la représentation théâtrale, est un lieu qui éveille l’imaginaire du spectateur. Explorer la poétique de l’obscurité suscite le fantasme, invite au rêve, faisant apparaître le « à peine visible »… L’émotion du théâtre n’est-elle pas simplement celle, immense et magique, de l’apparition et de la disparition des acteurs ?

Les comédiens partagent leurs rêves, leurs cauchemars et leurs insomnies… La nuit abrite toutes les déraisons, toutes les fragilités. Le corps se fait autre dans l’obscurité, la réalité vacille comme la flamme de la dernière bougie.

Chaque soir, chaque spectateur occupe une place particulière au sein de ce dispositif : il fait ses propres rencontres et tisse son propre récit nocturne. Tous ensemble et chacun à sa manière. Au fond de la nuit.

Cours publics

Pour diverses raisons, un compte générique est désormais d’usage pour accéder aux cours. Il ne vous faudra plus introduire ce mot de passe personnel (aléatoire) impossible à retenir. N’hésitez pas à partager vos documents… ils intéressent plus de monde que vous n’imaginez.